Ministére du Travail, du Dialogue Social,
des Organisations Professionnelles et
des Relations avec les Institutions

Session du conseil consultatif national du travail et de la securité sociale

 

 

 

REPU          REPUBLIQUE DU SENEGAL

                                                                                 Un Peuple – Un But – Une Foi

 

 

 

MINISTERE DU TRAVAIL DU DIALOGUE SOCIAL DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES ET DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS

 

=================

 

SESSION DU CONSEIL CONSULTATIF NATIONAL DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE

==========

 

 

DISCOURS PRONONCE

 

PAR

 

MONSIEUR

 MANSOUR SY

 

 

MINISTRE DU TRAVAIL, DU DIALOGUE SOCIAL, DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES

 ET DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS

 

 

 

                                                                         

                                          

 

                 Hôtel Fleur de Lys, le lundi 05décembre 2016

 

 

 

  • Mesdames Messieurs les représentants de l’Assemblée nationale,
  • Messieurs les représentants de la Cour Suprême et de la Cour d’appel,
  • Monsieur le Directeur général du Travail et de la Sécurité sociale,
  • Mesdames Messieurs les représentants des départements ministériels en charge du Travail, de l’Education nationale, de l’Enfance, de l’Agriculture, de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage,
  • Monsieur le représentant de la Caisse de Sécurité sociale,
  • Mesdames, Messieurs les représentants des organisations d’employeurs et de travailleurs, membres de droit  du Conseil Consultatif national du Travail et de la Sécurité sociale,                
  • Chers participants,

 

 

 

 

 

 

 

Je voudrais, à l’entame de mes propos, exprimer tout le plaisir que j’éprouve ce matin en venant présider cette session du Conseil consultatif national du Travail et de la Sécurité sociale du fait qu’elle témoigne, non pas seulement, du dynamisme des services du travail et de la sécurité sociale dans la mise en œuvre de la veille normative et réglementaire, mais également consacre et promeut le dialogue social à travers les consultations tripartites.

Mesdames, Messieurs, chers participants, la session qui débute ce matin sera exclusivement réservée aux projets de textes sur le travail des enfants dont la trame de fonds reprend la vision du Plan Cadre National de Prévention et d’Elimination du travail des enfants relative à la création d’un environnement protecteur des enfants du et au travail.

Mesdames, Messieurs, vous me permettrez de rappeler que c’est dans le sillage de la ratification des conventions N° 138 et N°182 portant respectivement sur l’âge minimum d’accès à l’emploi et les pires formes de travail des enfants que le Sénégal s’était engagé à donner effet auxdites conventions en droit et dans la pratique.

A cet effet, il a été adopté, en juin 2003, une série de textes d’application de l’article L 145 du Code du Travail dans le but d’harmoniser le cadre juridique interne avec les principes et dispositions des conventions pertinentes de l’OIT.

Toutefois, malgré ces avancées significatives, l’examen des textes laissait transparaître beaucoup d’incohérences et d’insuffisances.

Ces manquements, du reste, n’ont pas échappé à l’analyse de la Commission des Experts pour l’Application des Conventions et Recommandations de l’OIT (CEACR) qui n’a de cesse d’appeler les autorités compétentes à la mise en conformité des textes dans ses rapports de suivi périodiques.  Le décalage entre l’âge d’accès à l’emploi (15 ans) et celui de fin de la scolarité obligatoire (16 ans) reste un exemple illustratif.

Mesdames Messieurs, chers participants, je voudrais également faire observer que la tenue de cette session est la suite logique d’un long processus participatif entamé depuis 2013 qui s’inscrit en droite ligne de la mise en œuvre de l’objectif 4.1 du Plan Cadre National de Prévention et d’Elimination du travail des enfants relatif au renforcement et à l’harmonisation du cadre juridique.

 Mesdames Messieurs, cette étape cruciale, nécessaire mais pas suffisante pour l’atteinte de la cible 8.7 des Objectifs du Développement Durable (ODD) centré notamment sur l’interdiction et l’élimination de toutes les formes de travail des enfants d’ici 2025, nécessite d’autres actions multisectorielles dont les domaines d’actions couvrent notamment l’environnement politique et social, l’éducation et la formation et les mécanismes institutionnels.

Au vu des importants jalons posés dans le domaine de la protection sociale des groupes vulnérables et de l’éducation notamment avec le Programme d’Amélioration de la Qualité de l’Equité et de la Transparence (PAQUET), il y’a lieu de ne pas désespérer, car la fin du travail des enfants reste encore un objectif à notre portée.

Chers participants, c’est le lieu pour moi de magnifier le rôle et les efforts déployés par les organisations d’employeurs et de travailleurs aux échelons national et international pour mettre un terme au travail des enfants. Ils ont joué ce rôle soit en organisant délibérément des campagnes de lutte et de sensibilisation, soit en s’acquittant au mieux de leur mission fondamentale : s’efforcer d’être de bons employeurs et des syndicats fiables, aptes à représenter leurs membres dans la concertation et la négociation collective.

En souhaitant plein succès à vos travaux, je déclare ouverte la session du Conseil Consultatif national du Travail et de la Sécurité sociale d’examen des projets de textes sur le travail des enfants et pour une meilleure protection des enfants en milieu de travail.

Je vous remercie de votre aimable attention.

 

La séance est suspendue

© 2015 Ministére du Travail, du Dialogue Social, des Organisations Professionnelles et des Relations avec les Institutions

Réalisé par l'