Ministére du Travail, du Dialogue Social,
des Organisations Professionnelles et
des Relations avec les Institutions

Signature de la Convention collective nationale du secteur de la sécurité privée

Le secteur du gardiennage et de la sécurité privée dispose désormais de sa propre convention collective nationale qui va régir les relations professionnelles entre les employeurs et les travailleurs de ce secteur. La cérémonie de signature du document s’est tenue, ce jeudi 17 janvier à Dakar en présence des parties prenantes (syndicats et employeurs), du Ministre du travail, du Dialogue social, des organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions Monsieur Samba Sy.

 

Elle a enregistré aussi la participation du Directeur du BIT, de la présidente du Haut Conseil du Dialogue social et des responsables de l’administration du Travail ainsi que de nombreux invités.

 

La nouvelle Convention qui vient d’être paraphée présente des attraits certains. Ces derniers traduisent l’aspiration des acteurs à améliorer progressivement les conditions de travail et de vie à travers des avantages que sont :

 

  1. la Gestion de la carrière : l’adoption de durées des périodes d’essai et de préavis plus adaptées pour les agents de maîtrise ; la possibilité de bâtir un plan de formation en relation avec les délégués du personnel ; la systématisation de l’avancement avec la création de 3 échelons dans la plupart des catégories et de glissement catégorielle entre la 2ème et la 3ème catégorie ;

 

  1. le Régime indemnitaire : une grille des salaires catégoriels améliorée avec la possibilité d’ajustement aux prochaines augmentations de salaires dans le secteur privé pour les catégories insuffisamment revalorisées ; le règlement des difficultés liées au paiement de l’indemnité de panier en rapport avec l’équivalence du temps de travail ; la revalorisation progressive de la prime d’ancienneté jusqu’à la retraite ;

 

  1.  la Protection sociale : la garantie de la prise en charge des frais d’hospitalisation du travailleur malade par l’employeur en cas de défaillance vis-à-vis de l’obligation d’assurance maladie obligatoire ;

 

  1. le Dialogue social : l’aménagement de mécanismes internes de règlement préalable des différends de travail ;

 

  1. la classification des emplois prenant en compte l’essentiel des emplois existant dans la branche d’activité ;

 

  1. des élections des délégués du personnel : la prise en compte des contraintes du travailleur posté dans plusieurs sites grâce à l’aménagement d’urnes mobiles lors du scrutin ;

 

  1. de la Discipline : la fixation d’un délai minimal de 48 heures pour apporter des réponses à une demande d’explications ;

 

Le ministre du Travail a fait la promesse d’accompagner les acteurs dans l’application de cette convention collective, notamment en ce qui concerne sa vulgarisation et son extension.

Vendredi, 18 janvier, 2019 - 15:45
d l m m j v s
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 

© 2015 Ministére du Travail, du Dialogue Social, des Organisations Professionnelles et des Relations avec les Institutions

Réalisé par l'