Ministére du Travail, du Dialogue Social,
des Organisations Professionnelles et
des Relations avec les Institutions

Dialogue Social

 

cnds01LE DIALOGUE SOCIAL  : UN INSTRUMENT DE PROMOTION DE LA BONNE GOUVERNANCE

Le Comité national du Dialogue social (CNDS) a tenu sa 11ème session ordinaire sur le thème central : « Le Dialogue social face aux défis de la bonne gouvernance », du 12 au 15 novembre 2012 à Dakar.

La session s’est déroulée en présence d’une forte délégation béninoise, venue s’imprégner de l’expérience sénégalaise en matière de Dialogue social. Plusieurs invités, dont le Directeur du Bureau d’Appui technique de l’OIT au Travail décent, Bureau pays-Dakar et les anciens ministres, Assane Diop et Yéro Dé, ont assisté à la cérémonie d’ouverture, présidée par Monsieur Mansour Sy, Ministre de la Fonction publique, du Travail et des Relations avec les Institutions.

Le thème central de ladite session, a été introduit par M. Abdou karim Lô, Expert en Management public, ancien Délégué à la Réforme de l’Etat et à l’Assistance technique (DREAT).
A la lumière de plusieurs approches en cours au PNUD, à la Banque mondiale, au NEPAD et au Sénégal, le concept de «bonne gouvernance » apparaît aux yeux de M. Lô comme « l'exercice du pouvoir par les divers paliers de gouvernement, mais aussi la manière dont les gouvernements gèrent les ressources sociales et économiques d'un pays ». Elle repose ainsi sur des principes. Il y a d’abord  l'obligation de rendre compte qui fait que les administrations publiques sont capables et désireuses de montrer en quoi leurs actions et leurs décisions sont conformes à des objectifs précis et convenus, tant sur le plan technique que financier.
Ensuite vient la transparence dans les actions, les décisions et la prise de décision des administrations publiques, qui sont, dans une certaine mesure, ouvertes à l'examen des autres secteurs de l'Administration, du Parlement, de la société civile et parfois d'institutions et d'autorités extérieures.
S’y a ajoutent l'efficience et l’efficacité par lesquelles les administrations publiques s'attachent à une production de qualité, notamment dans les services rendus aux citoyens, et veillent à ce que leurs prestations répondent à l'intention des responsables de l'action publique et coûtent moins chères.
Autres principes de bonne gouvernance et pas des moindres, la réceptivité, la prospective et la primauté du droit.
De par leur réceptivité, M. Lô explique que les autorités publiques ont les moyens et la flexibilité voulus pour répondre rapidement à l'évolution de la société ; tiennent compte des attentes de la société civile lorsqu'elles définissent l'intérêt général et elles sont prêtes à faire l'examen critique du rôle de l'Etat.
En outre, en faisant de la prospective, les autorités publiques sont en mesure d'anticiper les problèmes qui se poseront à partir des données disponibles et des tendances observées, pour élaborer des politiques qui tiennent compte de l'évolution des coûts et des changements prévisibles (démographiques, économiques, environnementaux, par exemple).
Enfin, en faisant du droit une primauté, les autorités publiques font appliquer les lois, la réglementation et les codes en toute égalité et en toute transparence.
De l’avis du conférencier, M. Abdou Karim Lô, « le vaste chantier de la gouvernance qui interpelle à la fois l’Etat, le secteur privé et les organisations de la société civile, constitue le socle sur lequel repose le dialogue social ».
En effet, dira-t-il, « en mettant l’accent sur les formes de coordination, de concertation, de participation et de transparence dans la décision, la gouvernance favorise le partenariat des acteurs et la convergence des intérêts ».
M. Lô estime que dans le contexte d’une crise  économique mondiale dont les conséquences exposent beaucoup de pays à la perspective d’une augmentation du chômage et d’une aggravation de la pauvreté et des inégalités, il est fondamental de renforcer le respect et l’utilisation des mécanismes du dialogue social, notamment la négociation collective, à tous les niveaux.

Par le Comité éditorial de la revue du Dialogue social

© 2015 Ministére du Travail, du Dialogue Social, des Organisations Professionnelles et des Relations avec les Institutions

Réalisé par l'